Histoire de Green, femelle orang-outan


DOCUMENTAIRE DE 48’ 
RÉALISATION PATRICK ROUXEL 
ANNÉE 2009

LA VIDEO

Documentaire de Patrick Rouxel

Un film bouleversant qui dénonce la déforestation en Indonésie

Elle s'appelle Green. Elle est seule dans un monde qui ne lui appartient pas. Elle est une femelle orang-outan victime de la déforestation.

Ce film nous invite à accompagner Green au cours des derniers jours de sa vie. Dans son regard des moments d'émotion qui révèlent les trésors de la forêt indonésienne mais aussi les impacts dévastateurs de la déforestation.

Patrick Rouxel : "Je suis un citoyen ordinaire qui consacre son temps à la préservation des forêts tropicales de la planète. Pour cela je réalise des films sur la beauté des forêts et de la vie, mais aussi sur les industries qui les détruisent.
Après "Larmes de Bois", "Losing Tomorrow" et "La Forêt Cathédrale", mon dernier film s'appelle "Green".
Il traite de la destruction de la forêt Indonésienne et de l'extinction des orangs-outans. Ce film a pour objectif de toucher le coeur des gens dans l'espoir de nous faire changer nos habitudes de consommation pour ne plus faire partie de cette destruction."

Entretien avec Patrick Rouxel, réalisateur

Comment est née l’idée de ce documentaire ? 
Patrick Rouxel : Ça été un projet un peu improvisé. Je suis parti six mois en Indonésie avec une petite caméra et un visa de tourisme. L’histoire m’est venue sur place, quand j’ai rencontré cet orang-outan sur ce lit. J’ai compris que l’on pouvait raconter l’histoire de la déforestation à travers son regard. Je suis un amoureux de la forêt, profondément attristé par sa destruction. On ne s’en rend pas compte quand on est en France, mais sur place on mesure tout de suite l’ampleur des dégâts. Je fais des films pour partager ma souffrance et faire en sorte qu’il reste encore des orangs-outans et de la forêt à la fin du siècle. C’est pour moi une démarche de citoyen. 

Comment s’est déroulée la rencontre avec Green, cette orang-outan, fil rouge du documentaire ? 
P. R. : Au centre de Kalimantan, il y a un refuge géré par une ONG appelée BOS (Borneo Orangutan Survival), où on trouve plus de 600 orangs-outans rescapés. Celle que j’ai appelée Green dans le film était déjà là quand je suis arrivé. Elle avait tout le côté gauche paralysé, d’où cette position assez étonnante. Rester allongé sur un lit n’est pas naturel pour un orang-outan. Quand je suis entré dans la pièce, j’ai tout de suite pensé à ma grand-mère sur la fin. La ressemblance entre les grands singes et les êtres humains est tellement forte que l’on oublie très rapidement qu’il s’agit d’un animal d’une autre espèce. Green venait du monde sauvage et n’aimait pas qu’on s’approche d’elle. J’ai dû passer trois semaines avec elle pour qu’elle m’accepte. J’avais l’impression qu’elle communiquait avec moi. C’était une rencontre fascinante. 

Il n’y a aucun commentaire dans le film, pourquoi ce parti pris ? 
P. R. : Mon objectif premier, c’est de faire passer une émotion et j’ai l’impression que c’est plus facile s’il n’y a pas de paroles. Je ne me sens pas très à l’aise avec les mots. Les images et le son, c’est suffisant. Chaque spectateur peut ainsi se raconter sa propre histoire. Avec un peu de chance, j’arrive à le mener au point culminant du film : quand on retrouve les deux orangs-outans sur l’arbre au milieu de nulle part. A ce moment-là, j’espère lui faire ressentir quelque chose de profond, qui va le marquer et peut-être bouleverser ses habitudes de consommation. Ce parti pris artistique vient du fait que je travaille de façon complètement indépendante, sans compromis. Cela me donne une grande liberté. 

Le film a reçu de nombreuses récompenses. Ce succès vous redonne-t-il un peu d’espoir ? 
P. R. : Je suis ravi que le documentaire ait reçu autant de prix, cela prouve qu’il touche le cœur des gens. Mais, en même temps, je suis assez vieux pour savoir que ce n’est pas un petit film comme Green qui va changer le destin de l’humanité. Je suis certain que les responsables de la déforestation — qu’ils soient à la tête de multinationales ou qu’ils aient des intérêts économiques à voir la destruction de la forêt tropicale — ne se sentent pas vraiment concernés par le sort des singes. 

Quels sont vos projets ? 
P. R. : Je repars bientôt en Indonésie. A Bornéo, j’ai rencontré un homme qui travaille depuis trente ans pour la sauve- garde des orangs-outans. Il s’occupe de confiscations et veut sortir des grands mâles enfermés, derrière le zoo de Jakarta, dans des cages qui ne font pas plus de 10 mètres carrés. Il a trouvé d’autres enclos beaucoup plus adaptés pour les accueillir. J'espère pouvoir suivre ce transfert et ainsi montrer la réalité du terrain aux gens qui n’en ont pas conscience. J’ai le sentiment qu’il faut filmer les orangs-outans pour communiquer sur leur extinction, déjà très tangible. Car, dans quelque temps, ce seront des images d’archives.

4 votes. Moyenne 4.75 sur 5.

Commentaires (5)

1. LABAT samedi 19 Juillet 2014

Je ne sais pas quoi dire sinon que Green m'arrache le cœur, que les feuilles qui tombent quand ils abattent les arbres ds la forêt représentent ses larmes. Et que le monde où nous vivons est juste un enfer pour eux comme pour certains d'entre nous. Merci pour ce témoignage. Je n'ai pas regardé le film en entier aujourd'hui, j'y reviendrai; l'émotion est trop forte. Excusez moi

2. nathalie phaneuf dimanche 08 Juin 2014

J'ai été profondément perturbée par ce film...voir tous ces grands singes enfermés dans de minables enclos, isolés et dénaturés....j'en ai pleuré. Ces animaux dans des petites cages au marché, ces éléphants enchaînés...j'ai eu difficulté à trouver le sommeil après. Bravo pour ce film et bravo à ceux qui agisse pour préserver cette forêt et ces magnifiques animaux.

3. benabida mardi 18 Septembre 2012

que dire ! honte a ces multinotionales, et a tous ce qui sont, de pres ou de loin et contribue a cette fin dramatique et qui ne font absolument rien pour prevenir ces degats

4. coutrix jeudi 05 Avril 2012

tres beau film ,mm si extremement dur de se sentir impuissant a les aiders !
les mots tristesse ,désolation ,destruction de leurs habitats et de bien d'autres animaux ,profits que l'etre humains recherche sans cesse sans se preoccuper ,des degats irreversibles qu'il commet !les regards de ces grands singes qui n'ont plus d'étincelles de vie ,mais de frayeur et de resignation qui attendent LA MORT .j'aime enormement les ourangs outans ,le sort qu'ils subissent me rend vraiment tres triste ,j'aurais voulu me coucher sur la paillasse et tenir la main de GREEN ,et m'excuser pour les hommes de ce qu'ils font des siens !je suis vraiment touché par ce film ,qui n'aspas besoin de commentaires en effet .il faut qu'ils soient vu par un maximum de monde qu'ils refusent tout produits a base d'huile de palme et de ne pas acheter de meubles en bois exotiques.......

5. nicolas jeudi 05 Avril 2012

A tomber ... j'en ai des frissons, et jusqu'à ce jour seul les livres m'avivaient fait cet effet... l'homme est vraiment un parasite pour la terre! aucun chiffre !!!! aucun commentaire! c'est génial.... plus jamais je n'achetais de parquet flottant de la mémé manière, plus jamais je ne gaspillerais de papier.. et l'huile de palme.. là, par contres les industrielles ont anticipé.. ce film est bouleversant.... faudrait le passait a 20h30 !!!
Ce n'est pas "cul-cul" ni film "doc".. il y a que du sensible... MERCI
Ca dépasse largement l'histoire des orang-outan ! c'est le fil directeur.. mais ca fini par englober tant de chose !!!!! c'est juste 45 mn... combien de temps passez vous sur le net par jour a vous dire... "que de temps perdu! " là.. juste ...45 mn pour prendre conscience .... sans chiffres , sans critères rationnel, juste du ressentit.. que l'homme est un destructeurs.. au fait! l'homme c'est nous!!! est c'est très bien montré.......a partager sans limite.
Nicolas Spiderman-noir via L'Homme, une arme de destruction massive (Page)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : mercredi 04 Avril 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site