DES EXPÉRIENCES ABERRANTES SUR DES CHATS ET DES CHIENS CONDUITES EN FRANCE…

VOUS SOUHAITEZ LAISSER UN COMMENTAIRE ?

CLIQUEZ SUR LA PHOTO

Une enquête de One Voice, octobre 2009

INTRODUCTION 

partout en France, derrière les portes bien fermées des laboratoires, est dissimulé le pire des secrets. Chaque année, notre pays maltraite et tue des milliers de chats et de chiens au nom de la science. Il en utilise même davantage que n’importe quel autre pays de l’Union européenne…

Des expériences motivées par la curiosité et censées aider la recherche médicale humaine…

Il est donc particulièrement étonnant qu’elles soient réalisées sur des animaux ! Ces recherches sont financées en grande partie par le contribuable, mais elles sont pratiquées dans un relatif secret. 

Ces travaux n’ont aucune obligation de déboucher sur de nouveaux traitements et certains programmes de recherche se poursuivent plusieurs années sans productivité apparente…

Quoi qu’il en soit, les animaux utilisés dans ces expériences subissent des procédures douloureuses telles que des actes chirurgicaux et des expositions à des substances toxiques.

Dans ce rapport, nous présentons une série d’études sur des chiens et des chats réalisées au cours des deux dernières années par des organismes français.

* VOICI EN RÉSUMÉ LE COMPTE RENDU DE CES «EXPÉRIENCES SCIENTIFIQUES » * :o/ 


1°/ DES INFARCTUS PROVOQUÉS CHEZ LES CHIENS 

-LIEU : Divers organismes de recherche médicale à Paris, notamment un organisme public de recherche, un centre hospitalier universitaire et une faculté de médecine.
-FINANCEMENT : bourses publiques, privées et européennes.

Les chercheurs d’une faculté de médecine française étudient les changements se produisant au niveau du coeur au moment d’un infarctus. Cependant, au lieu de faire porter leur étude sur des patients humains, ils utilisent des chiens. Depuis 2006, ils ont déclaré avoir utilisé plus de 100 chiens (dont18 chiens de lignée et provenance inconnues – d’où provenaient-ils ?) dans des expériences épouvantables et répétitives, consistant à provoquer des attaques cardiaques chez des chiens bien portants, tandis qu’ils sont tout à fait conscients.

On leur a implanté également un collier de serrage contrôlable à distance pour neutraliser une des principales artères arrivant au coeur, afin de provoquer un infarctus.

On sait que la chirurgie à coeur ouvert est extrêmement douloureuse et qu’il faut un certain nombre de semaines pour s’en remettre. Or seulement trois semaines après l’opération, les chiens ont été immobilisés sur une table et on leur a infligé une attaque cardiaque durant 10 minutes.

Chez l’être humain, cela entraînerait non seulement une douleur extrême au niveau de la poitrine mais aussi une forte anxiété, une nausée et un essoufflement. Une partie de ces chiens ont reçuun médicament directement dans le coeur à partir d’un cathéter externe. D’autres ont été tués 24 heures après l’infarctus pour pouvoir examiner leur coeur. Chez d’autres encore, plus malchanceux, on a provoqué un nouvel infarctus.

Loin de permettre de sauver des vies, ces expériences d’une cruauté incroyable procèdent plutôt de l’examen répétitif d’un modèle animal créé artificiellement, une pratique d’un intérêt limité et sans rapport direct avec les études et les traitements chez l’être humain.


2°/ DES CHATS AU CERVEAU LÉSÉ DONT ON TESTE ÉQUILIBRE 

-LIEU : Plusieurs universités et un organisme public de recherche
-FINANCEMENT : bourses publiques et européennes

Dans cette étude, les chercheurs ont sectionné des nerfs qui contrôlent l’équilibre, au niveau des oreilles des chats, afin d’en observer les conséquences. Les chats ont perdu le sens de l’équilibre et sont devenus incapables de traverser un cylindre rotatif. Or, une telle opération avait déjà été réalisée chez l’humain, ce qui rendait ces expériences non seulement cruelles mais inutiles.

D’après leurs rapports, ces chercheurs ont pratiqué cette procédure depuis 2006 sur près de 150 chats, qu’ils ont ensuite tués pour en examiner le cerveau. Pour ce faire, ils ont anesthésié les chats puis leur ont injecté du formaldéhyde (ou formol) qui permet de conserver les organismes morts alors que leur coeur battait encore…


3°/ DES CHIENS CONTAMINÉS PAR LE MRSA 

-LIEU: Diverses structures hospitalières et universitaires
-FINANCEMENT: privé, producteurs des implants

Dans cette étude, on a cousu un implant imprégné d’argent antibactérien dans l’aorte de 28 chiens (dont 12 chiens bâtards d’origine et d’âge inconnus On ignore où ils les ont obtenus). On leur a ensuite injecté le staphylocoque doré (MRSA) ou la bactérie E. coli pour voir si ce revêtement résistait à l’infection. 

Il a fallu tuer un des chiens du groupe de contrôle au bout de 6 jours car il était mal en point et souffrait d’hémorragies internes. Tous les autres chiens ont été tués le 7e jour, et leurs implants ont été examinés.

Or, des implants comme celui-ci ont déjà été testés chez des malades. Cette expérience choquante aurait-elle été réalisée dans le seul but de disposer d’arguments supplémentaires pour la promotion commerciale des implants imprégnés d’argent ?


4°/ DES CHIENS RENDUS OBÈSES ET FORCÉS A ABSORBER DU THÉ VERT 

-LIEU : organismes publiques hospitalo-universitaire et vétérinaire
-FINANCEMENT : public

Au sein de ces organismes, des chercheurs étudient l’obésité sur des beagles maintenus en captivité. Ils engraissent ces chiens volontairement, puis ils étudient l’effet de l’obésité sur leur organisme. Dans cette étude ahurissante, ils ont obligé les chiens obèses à absorber du thé vert pour voir si cela permettait de réduire leurs taux de cholestérol et d’insuline.

Pourtant, les personnes en surpoids qui auraient pu servir à cette étude ne manquent pas, malheureusement. Non seulement ils auraient ainsi évité de faire délibérément souffrir des chiens, mais ils auraient obtenu des résultats directement exploitables pour l’être humain.


5°/ DES CHIENS EMPOISONNÉS

-LIEU : laboratoire réputé privé
-FINANCEMENT : privé

Les chiens sont utilisés en grand nombre pour tester l’innocuité des médicaments destinés à l’homme. La France a fait état de l’utilisation de 2 623 chiens pour ces études en une seule année. 

On utilise des chiens même pour tester l’innocuité des produits chimiques utilisés dans l’agriculture. Toutes ces études consistent à forcer des chiens à absorber de fortes doses d’une substance et à voir de quelle façon cela les affecte. 

Ces études peuvent durer de quelques semaines à 2 ans. Durant cette période, non seulement ces animaux endurent une existence difficile, enfermés dans un désolant chenil intérieur, mais ils subissent les effets secondaires des substances, lesquels peuvent être graves et même fatals.


6°/ DES ÉLEVAGES DE CHIENS ANORMAUX 

-LIEU : Organismes publics vétérinaire et hospitalo-universitaire
-FINANCEMENT : public, associatif et européen

Des chercheurs élèvent à dessein des chiots atteints d’un certain type de dystrophie musculaire et les observent afin de produire un modèle de pathologie humaine sur lequel tester de nouveaux médicaments. La dystrophie musculaire est une maladie débilitante qui fait fondre les muscles, rend infirme et peut même provoquer la mort.

Depuis 20 ans, des chercheurs élèvent des chiens golden retrievers dans le but d’isoler le gène responsable de la dystrophie musculaire. Les chiots qui possèdent ce gène développent vers l’âge d’un mois des symptômes très similaires à ceux observés chez les très jeunes garçons atteints de la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD).

Les muscles fondent progressivement et des déformations du squelette apparaissent, entraînant une incapacité à marcher et même à se tenir debout. La partie postérieure de la langue enfle, comme chez les malades humains, si bien que les chiots ne peuvent plus s’alimenter correctement. Leur respiration devient laborieuse. Ils deviennent prédisposés à la pneumonie et finissent par mourir d’insuffisance cardiaque avant même d’avoir atteint
l’âge d’un an. Contrairement à l’être humain, les chiens atteints de DMD meurent d’insuffisance respiratoire généralisée peu de temps après la naissance


Outre l’objection morale que l’on pourrait émettre au fait d’élever délibérément un animal en sachant qu’on va le faire souffrir et mourir, il est évident que les chiots atteints de DMD ne sont pas un bon modèle de la pathologie humaine et qu’ils n’ont pas permis de trouver des traitements.

L’étude a plutôt suscité de faux espoirs chez des personnes qui souffrent de ce mal. Combien de chiens va-t-on encore faire naître pour les faire souffrir, avant que les chercheurs et les financeurs se rendent compte que tout cela n’est qu’une perte de temps et d’argent ?


7°/ DES CHATS QUI DORMENT AVEC DES ÉLECTRODES PLANTÉES DANS LE CERVEAU

-LIEU : Une université
-FINANCEMENT : public, universitaire, européen et associatif.

Les chercheurs ont voulu étudier l’apnée obstructive du sommeil, qui provoque des troubles du sommeil chez l’être humain, mais ils ont décidé d’utiliser plutôt des chats, bien que la structure de leur cavité buccale et de leur gorge ne soit pas la même que chez l’homme. 

Ils leurs ont implanté des électrodes dans le cerveau et les ont observés pendant leur sommeil, après leur avoir injecté diverses substances. Pourtant, ailleurs, des expériences similaires sont réalisées sur des humains volontaires…

Pourquoi infliger à des chats des expériences invasives aussi terribles, alors même qu’ailleurs, des chercheurs procèdent à des études similaires sur des êtres humains, selon des techniques non invasives ?




(publié par Extatic)

Photo : image d’illustration, un chat et un beagle… LIBRES…
Sources : 
-http://www.one/-voice.fr/sante-sans-torture/des-experiences-aberrantes-sur-les-chiens-et-les-chats-conduites-en-france-une-enquete-de-on/
-Rapport complet : http://www.one-voice.fr/wp-content/uploads/drupal/Rapport_Experimentation_3e_0.pdf

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site