Modifications génétiques : 10 signes que notre monde ressemble à un mauvais film de science-fiction

1°/ En Chine, les scientifiques ont inséré des gènes humains dans l’ADN d’embryons de vaches. À ce jour, environ 200 vaches hybrides ont été créées avec succès. Ces vaches produisent du lait virtuellement identique au lait maternel humain. Les scientifiques espèrent obtenir de larges troupeaux de ces vaches afin de produire une alternative au lait maternel humain et ils espèrent que ce « lait » se vendra sur le marché d’ici 3 ans.

2°/ Au Canada, des scientifiques de l’Université du Guelph dans la province de l’Ontario ont créé ce qu’ils appellent des « enviroporc« . Ces « enviroporcs » ont reçu des gènes de souris et, selon les scientifiques, ils produisent ainsi moins de phosphore dans leurs selles et sont donc étiquetés « bons pour l’environnement ». Les autorités du Canada et des États-Unis évaluent la possibilité d’admettre ces « enviroporcs » sur le marché de l’alimentation.

3°/ Des scientifiques japonais ont créé une souris génétiquement modifiée qui piaule comme un oiseau.

4°/ Une compagnie étatsunienne peut désormais produire de très musclés « saumons monstres » qui peuvent grandir jusqu’à trois fois plus rapidement qu’un saumon normal.

5°/ Nous pouvons maintenant produire des chats qui illuminent dans le noir. Un chat génétiquement modifié créé par un scientifique dénommé Green Genes (un mélange de Greenbaum et de gènes, son nom lui va bien!) a été le premier chat phosphorescent aux États-Unis. Mais notre ami Green n’a pas créé le premier chat phosphorescent, l’horreur…, je veux dire l’honneur revient à des scientifiques sud-coréens.

6°/ Au Japon, des scientifiques qu’ils pouvaient faire croître des organes de rats à l’intérieur de souris. Ils espèrent, en utilisant la même technologie, faire croître des organes humains dans des porcs.

7°/ Le Japon n’est pas le seul à effectuer ce genre de recherches. Au Missouri, des êtres hybrides mi-humain, mi-porc sont produits dans le but de fournir des organes pour les transplantations (humaines).

8°/ Des scientifiques du Rockefeller University ont injecté des gènes humains dans des souris. C’est « souris humaines » sont utilisées afin d’étudier la contagion du virus de l’hépatite C.

9°/ Des scientifiques étatsuniens ont découvert qu’ils pouvaient faire croître des organes humains à « partir de rien ». Voici une courte citation d’un récent article du Newsweek : « Ça semblera de la science-fiction, mais produire des organes à partir de rien est déjà une réalité. En plus de vessies [NdT. : "bladders"], les scientifiques ont développé de la peau, des os, des cartilages, des cornées, des trachées, des artères et des urètres. »

10°/ Croyez-le ou non, une compagnie au Canada connu sous le nom de Nexia a modifié génétiquement des chèvres afin de les rendre en partie des araignées. Ces « chèvres-araignées » produisent des protéines de soie (venant des toiles d’araignées) dans leur lait. Ces protéines de soie sont ensuite extraites, purifiées et utilisées afin de créer une fibre incroyablement résistante. Cette fibre est apparemment plus durable que le Kevlar, plus flexible que le nylon et plus robuste que l’acier.


Aussi inquiétant que cela puisse sembler, la vérité est que les modifications génétiques des plantes vont beaucoup plus loin que celles des animaux.
Aujourd’hui, environ 95% des graines de soja et 80% du maïs aux États-Unis ont été génétiquement modifiés.

Nous altérons de façon permanente la nature des choses.

Est-ce réellement une bonne idée ?

POUR COMMENTER, CLIQUEZ SUR LA PHOTO

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×